Selon les informations de Jeune Afrique, un bras de fer est engagé entre le président de la transition guinéenne et le groupe turc Albavrak, proche du chef de 1’Etat Recep Tayyip Erdogan, afin qu’il facilite le départ d’lstanbul d’Alpha Condé. Explications.
Le 7 septembre, aux environs de 20 heures, un groupe de militaires guinéens a fait irruption au port autonome de Conakry, afin de mettre sous pression le conglomérat turc Albayrak. Le président de la transition, Mamadi Doumbouya, souhaitait faire passer un message sous forme d’ultimatum : il donne a ses dirigeants 72 heures pour organiser le retour en Guinée d’Alpha Condé. Sous peine de devoir cesser leurs activités.
JeuneAfrique

0 00 1 min 3 mois 106

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.