Édito

de Amadou Kaba

Nous avons tous trop souffert,anges et hommes, de ce conflit entre le pire et mieux.

De Paul Verlaine

Les conflits actuels dans le monde doivent nous amener à nous poser un certain nombre de questions. Nous vivons dans un monde instable. Nous sommes entourés de pays instables. Le terrorisme vit autour de nous. L’ordre mondial des choses est plus que jamais bouleversé et rien n’est plus respecté par les puissances militaires et économiques. Les plus faibles sont écrasés par les plus puissants et les plus forts. Alors que nous reste-t-il à faire, nous pays pauvres sur le plan alimentaire, militaire et économique. Ce qui passe en ce moment doit nous servir de leçon et cela doit nous permettre de nous réveiller.

On vit dans un monde où tout peut basculer à tout instant. On est entouré de pays qui ont connu de graves crises sécuritaires. Alors il faut revoir nos plans et priorités afin d’être indépendant sur certaines choses. Les différents conflits actuels dans le monde nous prouvent ô combien de fois nous devons vraiment nous préparer à faire des choses convenablement. Nous ne pouvons pas dépendre des autres pour nous nourrir. Nous ne pouvons pas dépendre des autres pour nous soigner. Nous ne pouvons pas dépendre des autres pour nous défendre. Nous ne devons pas dépendre des autres économiquement. Nous ne devons pas dépendre des autres pour avoir de l’énergie. Même si aucun pays ne peut vivre en vase clos, il nous faut prévoir certaines choses à avoir des stocks parce que le monde actuel est un rapport de force. Nous devons dès à présent faire de l’auto suffisance alimentaire une priorité nationale absolue. Un pays qui est incapable de se nourrir est un pays exposé à tous les dangers du monde. Nous avons des terres cultivables qui peuvent nous permettre de nous nourrir. Alors exploitons nos terres afin d’avoir l’auto suffisance alimentaire. Nous sommes un peuple de cultivateur, de pécheur, alors mettons tout en œuvre pour que d’ici 5 ans nous ayons notre indépendance alimentaire. Faisons également de la formation des médecins une priorité nationale absolue. Ceci afin de pallier le manque de médecins, de chirurgiens et tout autres corps de métier de la médecine. Nous devons nous suffire dans le cadre médical. Nous devons mettre davantage de moyens dans nos hôpitaux et différents centres de santé, de recherches et laboratoires pour être suffisamment prêt pour sauver des vies humaines.

Certes, nous avons une armée qui a toujours fait la fierté partout ou elle a été. Néanmoins, rétablissons le service militaire que j’appelle de tout mon vœu depuis l’avènement du CNRD au pouvoir. Le service militaire permettra surtout d’inculquer certaines valeurs à cette jeunesse à savoir : l’amour de la patrie, l’amour de son prochain, le sens du patriotisme du partage, le sens du devoir, le respect des autres, l’entraide, le renforcement de la fraternité. Le rétablissement du service militaire permettra également d’avoir un vivier de réserviste en cas d’invasion de notre pays. Et nous voyons un cas d’exemple avec la guerre entre la Russie et l’Ukraine. Par manque de soldat suffisant, les Ukrainiens sont obligés de mobiliser les populations qui n’ont aucune formation militaire à prendre les armes. Rétablir le service permet d’éviter de nous retrouver dans ce genre de situation un jour. Si toute la population a une base de formation militaire, cela est un acquis et servira de vivier où on peut aller puiser en cas de besoin. Nous sommes surtout le château d’eau de l’Afrique occidentale alors nous devons avoir une suffisance hydraulique et énergique. Nous devons être capables de nous fournir en électricité, en eau et avoir le contrôle total sur nos énergies de nécessité. L’énergie nucléaire est aujourd’hui l’élément dissuasif que brandirent les grandes puissances pour s’effrayer alors si nous sommes incapables de fournir l’eau et la simple électricité domestique que ferions nous face à une puissance nucléaire ? Avoir notre indépendance énergique, nous permet de réaliser beaucoup de choses et assurer une indépendance vis à vis de certaines choses.

0 00 5 min 9 mois 529

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.