Le Vice-président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) Dr. Fodé Oussou Fofana, a au cours de son passage chez nos confrères de FIM FM dans l’émission ‘’Mirador’’, ce lundi 29 août 2022, dénoncé plusieurs maux qui défrayent la chronique dans la cité en cette période transitoire.
Dans son intervention, Dr. Fodé Oussou a déclaré que ce qui a été à l’origine des problèmes en cette phase transitoire, est le refus dans le mépris et l’arrogance de répondre à l’appel du dialogue sur la transition.
« Nous avons demandé à ce qu’on se retrouve avec les Forces Vives de la Nation autour de la table et dialoguer. Ça n’a pas été fait. Deuxièmement, l’élaboration unilatérale de la ‘’Charte de la Transition’’, la violation répétée et délibérée de ‘’la Charte de la Transition’’, la désignation autoritaire des membres du Conseil National de la Transition (CNT), la volonté du ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation MATD) de vouloir organiser les élections, la confiscation sans base légale des maisons des leaders politiques, l’arrestation et la séquestration des leaders des partis politiques, la violation répétée des libertés, l’interdiction des manifestations », déplore-t-il.
Poursuivant le vice-président de l’UFDG, a précisé que ce sont tous ces facteurs qui ont été à la source des problèmes, des conflits pendant cette transition. Car dit-il, ça va dans le sens d’empêcher l’apaisement.
S’agissant de leur rencontre avec le médiateur de la crise guinéenne Boni YAYI, notre interlocuteur a indiqué qu’ils ont clairement dit au médiateur qu’il faut absolument la mise en place d’un cadre de dialogue crédible qui mettra en face ceux qui ne sont pas d’accords en face du CNRD et le gouvernement.
« Que ceux qui sont d’accords avec le CNRD restent avec le CNRD. La libération des prisonniers politiques, de la Société Civile et tous ceux qui ont été arrêtés lors des manifestations de Conakry à l’intérieur du pays. Ensuite il faut arrêter l’harcèlement judiciaire contre les leaders des partis politiques et ceux de la Société Civile, restituer les maisons confisquées par la force et en dehors des procédures judiciaires, l’annulation de la décision de suspension des manifestations, restructurer le CNT », soutient-il.
Pour en conclure, Dr. Fodé Oussou Fofana à laissé entendre qu’on ne peux pas être dans un pays démocratique et prendre la décision unilatérale de suspendre les manifestations.
« Pour nous le FNDC n’est pas dissous, on ne peut pas dissoudre le FNDC parce que c’est un état d’esprit. Nous demandons l’arrêté que a dissous le FNDC soit reporté », conclut-il.
Bourgeois Kéïta

0 00 4 min 3 mois 147

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.