L’institution des Droits Humains Amnesty International Guinée, a animé ce mardi 27 septembre 2022, a Conakry, une conférence de presse au cours de laquelle, elle a présenté son rapport sur les violences sexuelles en Guinée.
Dans son intervention, la directrice régionale d’Amnesty Internationale pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique Centrale, basée à Dakar Samira Daoud, a fait savoir qu’il ont mené ce rapport d’enquête depuis 2021 sur le terrain dans les quatre régions de la pays.
« Nous avons interrogé deux cent-vingt (220) personnes à la fois des victimes des familles des victimes différents acteurs de la société civile ou des autorités qu’elles soient nationales ou locales qui traitent des questions de violences sexuelles et donc ce rapport que nous publions aujourd’hui montre d’une part que nous avons constaté depuis 2015 un certain nombre de mesure qui ont été prise par les différents gouvernements successifs pour permettre une meilleure prise en charge et prise en compte de la question de violence sexuelle par exemple la législation a été renforcée sur le viol », explique-t-elle.
Selon la conférencière, un certain nombre d’unités spécialisées que ce soit au niveau de la police et de la gendarmerie nationale ont été mise en place pour permettre d’accueillir les plaintes des victimes de violences sexuelles. Un certains nombre de campagne de sensibilisation de violence sexuelle qui ont été menée.
« Il y a eu des avancées que nous avons mentionnées dans le rapport comme étant des pas dans la bonne direction. En revanche de nombreux obstacles demeurent à tout les niveau que ça soit au niveau de la prévention, de la protection, de la lutte d’une manière générale contre l’impunité et l’accès aux soins », déclare-t-elle.
En outre, madame Samira Daoud, a demandé aux autorités guinéennes qu’il y ait un grand travail de sensibilisation sur la question de violence sexuelle, car dit-elle, c’est un phénomène qui est un événement très important pas seulement en Guinée ou devant certaines juridictions ce sont plus de la moitié des affaires traitées et jugées qui concerne les cas de violences sexuelles et c’est aujourd’hui la moitié des consultations dans le domaine médico-légal qui portent sur des questions de violence sexuelle, c’est un phénomène très important.
AGP

0 00 3 min 2 mois 114

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.