Le chef d’Al-Qaïda, l’Egyptien Ayman al-Zawahiri, a été tué dans la nuit de samedi à dimanche en Afghanistan par une frappe de drone américain, a annoncé lundi en direct à la télévision le président américain Joe Biden.
Joe Biden a salué cette opération comme un acte de « justice » et a exprimé l’espoir qu’elle apporterait « une mesure supplémentaire de fermeture » aux familles des victimes des attentats du 11 septembre 2001 contre les États-Unis.
« La justice a été rendue et ce chef terroriste n’est plus » a déclaré le président américain Joe Biden dans une allocution prononcée lundi soir depuis la Maison-Blanche.
« Samedi, sous ma direction, les États-Unis ont mené à bien une frappe aérienne à Kaboul, en Afghanistan, qui a tué l’émir d’Al-Qaïda. Zawahri était le chef de Ben Laden. Il était avec lui pendant toute ces annés Il était son numéro deux lors de l’attaque terroriste du 11 septembre. Il était profondément impliqué dans la planification de cette attaque. Il a joué un rôle essentiel, dans l’attentat à la bombe contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie, tuant 224 personnes et en blessant plus de 4 500 autres » a-t-il ajouté.
Dans son allocution, il a déclaré que les services de renseignement américains avaient retrouvé la trace d’al-Zawahri dans une maison du centre de Kaboul où il se cachait avec sa famille. Joe Biden a approuvé l’opération la semaine dernière et elle a été menée à bien dimanche.
L’attaque a été menée par la CIA, selon cinq personnes au courant de l’affaire qui ont parlé sous couvert d’anonymat. Ni Biden ni la Maison Blanche n’ont donné de détails sur l’implication de la CIA dans cette frappe.
L’opération constitue une victoire significative de l’administration Biden dans la lutte contre le terrorisme, 11 mois seulement après le départ des troupes américaines du pays après une guerre de deux décennies.
La mort d’Al-Zawahri élimine la figure qui, plus que quiconque, a façonné Al-Qaida, d’abord comme adjoint de Ben Laden depuis 1998, puis comme son successeur. Al-Zawahri était l’un des terroristes les plus recherchés au monde et les Etats-Unis promettaient 25 millions de dollars pour tout renseignement permettant de le retrouver. Il avait pris la tête de la nébuleuse jihadiste en 2011, après la mort d’Oussama Ben Laden, tué par un commando américain au Pakistan.
Il a été inculpé aux États-Unis pour son rôle dans les attentats à la bombe du 7 août 1998 contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie.
Africanews

0 00 3 min 4 mois 164

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.