La rentrée universitaire s’annonce sur toute l’étendue du territoire national de la Guinée. Cependant les étudiants de l’université de Kindia sont tous à pied d’œuvres avec les préparatifs pour avoir une rentrée bien réussie. Sur le sujet notre reporter y a fait le tour des cités estudiantines pour s’enquérir de la situation.
A l’image des autres institutions universitaires du pays. L’université de Kindia ouvrira ses portes ce 2 novembre .Si d’aucuns traînent toujours les pas pour le retour dans les différents foyers éducatifs, d’autres s’impatientent déjà.

C’est le cas de Adama Sanoh étudiant de la licence 2 du département biologie
« Moi je suis de retour à Kindia depuis le 15 octobre simplement pour préparer cette rentrée universitaire ,voir la situation de la cité estudiantine, rendre ma chambre propre, et surtout me procurer des documents nécessaires pour cette année »
Le sentiment est de même chez M’Mah Hawa Kourouma orientée également pour cette année au département de biologie.

« D’abord j’ai eu la chance d’avoir mon baccalauréat. La rentrée ce n’était pas prévue comme ça parce que les choses ne vont pas bien en Guinée. Mais avec l’aide de mes parents mais aussi grâce à mon courage et dévouement c’est pour quoi j’ai fait en sorte d’être à Kindia aujourd’hui pour répondre présente surtout à l’heure à la date prévue ».

Contrairement aux années antérieures ,ces étudiants ont vue leurs bourses d’entretiens augmenter par la ministre de l’enseignement Supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation .Une première en Guinée mais qui est appréciée par Gnagaye Eugène Kolomou étudiant de la licence 3 du département sciences économiques
« Vraiment le système est passé dans les bonnes conditions avec l’arrivée du CNRD surtout avec l’augmentation des bourses d’entretiens pour les étudiants. Mais il n’a pas augmenté cela pour ne rien, d’ailleurs c’est pourquoi ces bourses d’entretiens sont accompagnés par quelques conditions telle que la validation totale des matières de chaque trimestre. Donc selon moi, c’est une politique éducatif qui donne la force du travail et le courage aux étudiants. Si vous voyez un gouvernement introduire cela dans son système ça montre réellement qu’ils avaient des manquements et pour nous les étudiants c’est de s’engager à renforcer notre compétence à travers les révisions et autres afin de leur accompagnement à atteindre ensemble leur missions ».
La rentrée s’annonce mitigée, mais Faya Robert Téliano. Lui a une toute autre préoccupation.

« Quand à moi je ne dirai pas totalement que l’université est difficile parce qu’à chaque étape de vie on a une nouvelle force pour surmonter les choses mais par ailleurs je souhaiterais plutôt que la formation dans les centres universitaires soit de plus normale et renforcée surtout. Que les professeurs qui nous enseignent aient beaucoup le goût du travail et l’amélioration de certaines de leurs compétences »
À quelques heures donc de cette rentrée universitaire, l’autre préoccupation des étudiants reste le prix des loyers. D’abord à la cité des élites la mensualité est toujours à 85.000 FG. De là, nous sommes partis à la cité 2 0octobre et Titanic ou les étudiants nous apprend qu’avec une chambre de moins d’espace ,les mensualités respectives s’élève désormais de100.000 francs guinéens à 130.000 francs guinéens.
Par ailleurs ils interpellent les autorités de la transition à prendre des mesures nécessaires au niveau de leurs différentes cités estudiantines.
Aissatou Diallo
625050836

0 00 4 min 4 semaines 111

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.