Alors que les présidents des transitions du Mali et de la Guinée célébraient jeudi à Bamako le 62e anniversaire de l’indépendance du Mali, dans le même temps les chefs d’Etat de la CEDEAO décidaient à New-York en marge de l’Assemblée de l’ONU des sanctions progressives contre les militaires guinéens. La rencontre avait été précédée par les invectives des militaires guinéens contre le président en exercice de l’organisation.
La démarche du président Emballo est une diabolisation du régime de transition en Guinée, qui ne marchera pas, car ses intentions et son orientation sont connues. Toutes les démarches qu’il a entreprises à la place de la CEDEAO étaient de nature à enterrer son choix de candidat pour les futures élections, nous ne laisserons personne prendre en otage la voix du peuple.
Si c’est la raison de notre acharnement, nous voulons rassurer la communauté nationale et internationale que le peuple souverain de Guinée sera au rendez-vous de l’histoire, car nous ne reculerons pas, a expliqué le Colonel Amara Camara, porte-parole de la présidence de la République de Guinée.
La CEDEAO prévoit de dresser très prochainement et de manière graduelle une liste de militaires à sanctionner. Concernant le Mali, pas de sanctions, mais l’institution communautaire à condamner l’arrestation des soldats ivoiriens détenus depuis juillet et promis de dépêcher à Bamako les présidents du Ghana, du Togo et du Sénégal pour obtenir leur libération. En revanche, le Mali et la Guinée restent suspendus de la CEDEAO.
Africanews

0 00 2 min 2 mois 125

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.