Un agent de sécurité a trouvé la mort après une « grave chute pendant son service » dans le stade Lusail, l’une des enceintes du Mondial-2022 au Qatar qui accueillera la finale de la compétition dimanche, a annoncé le Comité suprême d’organisation dans un communiqué mercredi.

Le Comité suprême a déclaré que John Njau Kibue est tombé au stade Lusail samedi. « Les équipes médicales du stade se sont immédiatement rendues sur les lieux et lui ont prodigué des soins d’urgence avant qu’il ne soit transféré en ambulance au service de soins intensifs de l’hôpital médical Hamad », à Doha, ajoutent les organisateurs.

Ils assurent que « l’enquête sur les circonstances de (sa) chute est traitée de manière prioritaire et (qu’ils) fourniront de plus amples informations sur les résultats des investigations ». »Nous veillerons également à ce que sa famille reçoive toutes les sommes qui lui sont dues », avance le Comité suprême.

Il n’y a pas eu de match au stade Lusail samedi. Le stade accueillera dimanche la finale entre l’Argentine et le vainqueur de la demi-finale France-Maroc. Le personnel de sécurité des stades est en grande partie composé de travailleurs migrants, notamment du Kenya et d’autres nations africaines. 

Les autorités du Qatar enquêtent également sur le décès d’un Philippin dans un accident du travail dans le camp de base de l’Arabie saoudite au début du tournoi, dont la finale est programmée dimanche.

Conditions de travail

Depuis qu’il a été désigné pour accueillir la Coupe du monde de cette année, le Qatar fait l’objet d’un examen approfondi des conditions de travail de plus de deux millions de migrants qui travaillent dans le pays, que ce soit dans le secteur de la construction ou dans celui des services.

Selon les groupes de défense des droits, les travailleurs sont confrontés à des conditions de travail dangereuses, notamment à une chaleur extrême qui a causé des décès, ainsi qu’à l’exploitation par les employeurs, malgré les réformes mises en place par le Qatar.

Le total des morts dans des accidents du travail pendant les préparatifs du Mondial varie selon les sources, de 414 décès entre 2014 et 2020, d’après le Qatar, à plusieurs milliers depuis 2010, selon des ONG.

Les responsables qatariens affirment que des réglementations plus strictes sur les conditions de travail ont été imposées dans le cadre des réformes. Ils affirment que trois travailleurs sont morts dans des accidents du travail liés à la construction de nouveaux stades pour la Coupe du monde au cours de la dernière décennie, et que 37 autres travailleurs des stades sont décédés en dehors de leur lieu de travail au cours de cette période. Ils affirment que le taux d’accidents dans les stades est comparable à celui d’autres stades dans le monde.

Trois journalistes qui couvraient cette Coupe du monde sont également décédés, dont l’Américain Grant Wahl, 48 ans, victime d’un malaise lors du quart de finale entre l’Argentine et les Pays-Bas au stade Lusail le 9 décembre.

Africanews

0 00 4 min 2 mois 77

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *