Poursuivi pour meurtre, assassinats et viol entre autres, le colonel Blaise Goumou a plaidé, mercredi, 25 janvier 2023, non coupable des faits qui lui sont reprochés au tribunal de Dixinn, délocalisé dans l’enceinte de la Cour d’Appel de Conakry, en son audience criminelle.

Constitué prisonnier à la veille de l’ouverture du procès des tristes événements survenus, le 28 septembre 2009, l’accusé a tout d’abord rejeté d’un revers de la main,  les charges articulées contre sa personne avant de dire qu’il est venu pour prendre le contre pieds du commandant Aboubacar Toumba Diakité.

Incorporé dans l’armée en 1993, le colonel Blaise Goumou a indiqué qu’il y a eu des propos qui ont été tenus à la barre par le commandant Aboubacar Toumba Diakité qui   sont de nature à désorienter le tribunal.

Selon l’accusé, il a été désigné par mérite par l’ex chef d’Etat-major de la gendarmerie nationale, Ibrahima Baldé,  pour le secrétariat à la présidence, chargé des services spéciaux, de lutte contre la drogue et du grand banditisme,

Comme à l’accoutumée, selon l’accusé, ils sont sortis le 28 septembre 2009, dans le cadre des patrouilles diurnes et nocturnes qui les ont conduits au Stade du 28 septembre où, il a rencontré son chef, le colonel Moussa Thiégro Camara en train de sensibiliser les manifestants pour reporter leur manifestation à un jour.

C’est ainsi, dit-il, le commandant Aboubacar Toumba Diakité et son équipe sont arrivés au Stade à bord de 4 pickups en tirant. Et nous autres, selon lui, on s’est retiré parce que, déplore l’accusé, personne ne peut parler à Toumba.

Source AGP

0 00 2 min 5 jours 54

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *