L’un des principaux accusés, attendu à comparaître devant ce tribunal criminel des événements douloureux du 28 septembre 2009, l’ex président de la transition guinéenne le Capitaine Moussa Dadis Camara, a nié, à la barre ce lundi 12 décembre 2022, tous les faits qui lui sont reprochés concernant les massacres du stade du même nom.
Selon lui, tous ces événements tragiques ont été savamment orchestrés par l’ex président Alpha Condé, le général Sékouba Konaté et leur complice Aboubacar Sidiki Diakité alias Toumba.
Poursuivant, Dadis Camara a rappelé que pour preuve quand il s’agissait des questions d’audits, le jour où le président Alpha est venu lui voir dans son bureau, la première chose qu’il l’a dit, le voleur est dans ton filet.
« Je dis quel voleur, il dit monsieur Cellou Dalein Diallo. Il ne m’a pas parlé honnêtement de Sidya, il ne m’a parlé que de Cellou Dalein. C’est là que j’ai compris que son vrai adversaire c’est Dalein. Je lui ait dit que j’ai compris. Ensuite il (Alpha Condé) a compris que si le monsieur-là, je lui laisse au pouvoir il organise les élections, il va le donner à qui va le mériter. Quand cela c’est passé, ça n’à pas durer, le comportement de Sékouba Konaté a changé. Toumba même a dit qu’il y a des moments quand je l’appelais il me disait qu’il était chez Sékouba Konaté, je commençait à douter », explique-t-il.
S’agissant des stratégies mises en place par Sékouba Konaté et Toumba pour lui destituer au pouvoir, Moussa Dadis Camara a indiqué ceci : « le 28 septembre était monté contre moi pour me faire quitter au pouvoir. Le complot de Sekou et le commandant Toumba était de m’affaiblir, me faire un coup d’État. Sékou et Toumba ont arrêté Andorre Bah qui était l’adjoint du général Sékouba, ils arrêtent Sâa Alphonse Touré un des hommes de Coplan, et le jeune Abdoulaye Kéïta l’actuel inspecteur général des forces armées. Donc ils ont coupé l’herbe sous mon pieds pour me montrer que ceux-ci veulent me faire un coup d’État. Le deuxième attentat échoué du président Alpha Condé, le général Sékouba Konaté et leur complice Toumba, c’était par suite d’un empoisonnement mais, il ont compris que cela allait retarder et qu’il fallait vite faire pour que je puisse quitter pour organiser les élections. Quand ils ont compris que tout cela a échoué, ils ont orchestré les événements du 28 septembre pour me rendre non fréquentable. C’est-à-dire me salir devant la communauté internationale et devant les guinéens », soutient-il avant de partir en pause.
Affaire à suivre !
Bourgeois Kéïta

0 00 4 min 2 mois 111

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *