En Guinée, au Mali, au Burkina Faso, en France, aux Etats-Unis, et partout ailleurs dans le reste du monde, un dirigeant mal-élu n’est jamais apte à assurer la pleine et entière responsabilité de la fonction présidentielle. C’est le cas aujourd’hui de la France sous Emmanuel Macron.
Arrivé comme roi, que dis-je ?, comme un Monsieur je-sais-tout, il se révèle incapable de poursuivre l’œuvre des bâtisseurs de la grandeur de la France dans le monde. Ses voisins et ses alliés paient le pot cassé. Macron et sa macronie ne peuvent faire éviter à leur pays des crises internes que leur administration génère à plus forte raison réunir les compétences pour aider à contenir les escalades de violence, de haine et les appels à l’intolérance de la présence de la France sur le territoire d’un voisin ou d’un allié traditionnel.
Macron est si incapable qu’il ose s’exprimer dans une langue étrangère lui le chef de la France. Son propre discours en Français, il le fait malgré lui non pour magnifier et moderniser la coopération bilatérale, mais pour saboter, miner, abâtardir, puis jeter à la vindicte populaire ses partenaires des ex-colonies françaises d’Afrique. Donc, à qui la faute quand la France se fait malmener, humilier et chasser du Mali, du Burkina Faso et certainement dans les prochains jours de la Guinée ?
Moi, je ne dis pas que c’est la faute au général Louis Faidherbe ou au Général Charles de Gaulle. J’accuse, non pas la mafia Russe-Afrique mais le lobby qui a sorti Macron des fesses de la mauvaise humeur électorale pour faire de lui le chef de la France actuelle.
Par Alpha Abdoulaye Diallo in Le Populaire du lundi 10 octobre 2022

0 00 3 min 2 mois 119

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.