Les combats se poursuivent mardi dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC), malgré l’annonce le 3 mars à Luanda d’un nouveau cessez-le-feu accepté par la rébellion du M23, a-t-on appris de sources locales.
Les combats avaient repris lundi matin entre l’armée et le M23 sur les fronts nord et sud dans la province du Nord-Kivu, faisant plusieurs morts et blessés civils selon des sources hospitalières et humanitaires.
Mardi matin, alors que le cessez-le-feu était prévu à 10h GMT, les affrontements se sont poursuivis et les deux parties s’accusent mutuellement d’avoir lancé des attaques sur leurs positions.
« Karuba (à une trentaine de km à l’ouest de la capitale provinciale Goma) vient de tomber dans les mains des rebelles », a déclaré une source sécuritaire. « Nous les avons attaqués cette nuit mais ce matin, ils ont lancé une contre-attaque et à cette heure les combats continuent », a ajouté la même source.
« Les terroristes du M23 et leurs parrains des Rwanda Defence Force (l’armée rwandaise) ont lancé une attaque qui a ciblé le contingent burundais récemment déployé dans le cadre de la force régionale de l’East African Community (EAC) », déclarait lundi soir le lieutenant-colonel Guillaume Ndjike, porte-parole de l’armée au Nord-Kivu.
Il ajoutait que cette attaque « au mortier » avait également visé un camp de personnes déplacées et la cité de Mubambiro, causant « d’énormes dégâts », à 20 km à l’ouest de Goma.
De son côté, Willy Ngoma, un porte-parole du M23, a déclaré mardi à l’AFP que l’armée congolaise avait attaqué lundi « simultanément toutes (ses) positions » et que la rébellion subissait encore des attaques mardi matin. Le M23 réagit « en légitime défense », a-t-il affirmé.
Le nouveau cessez-le-feu annoncé intervient après l’échec de toutes les précédentes initiatives régionales lancées pour mettre fin à la progression du M23 ces derniers mois dans le Nord-Kivu.
Le 3 mars à Luanda, la présidence angolaise, désignée par l’Union africaine médiatrice dans cette crise, annonçait un nouveau calendrier de cessation des hostilités, débutant ce mardi à midi avec l’arrêt des combats « dans toute la région orientale de la RDC ».
La rébellion majoritairement tutsi du M23, restée en sommeil pendant près de dix ans, a repris les armes fin 2021. Kinshasa accuse le Rwanda de la soutenir, ce qui a été corroboré par des experts de l’ONU, bien que Kigali s’en défende.
Source : La Rédaction Africanews et l’AFP

0 00 3 min 2 semaines 62

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *