Triste nouvelle que celle qui vient heurter la sensibilité des mélomanes africains friands de la chanson congolaise. Une Reine s’est éteinte. Tshala Muana, artiste ayant marqué son temps dans les années 1980, est morte.
«Aux petites heures de ce matin, le bon Dieu a pris la décision de reprendre la Mamu nationale Tshala Muana. Que le bon Dieu sot glorifié pour tous les bons moments qu’elle nous aura fait passer sur cette terre. Adieu Mamu de moi ». C’est par ce post sur les réseaux sociaux qu’on apprend le décès de Tshala Muana, artiste congolaise de renom dans les années 1980. La terrible annonce a été faite par un certain Claude Mashala, son compagnon, sur son compte Facebook Tshala Muana est connue pour plusieurs chansons à succès dans l’ex-Zaire sous Mobutu. Originaire du Kasai, elle s’est imposée dans le gotha musical congolais puis africain par son timbre vocal unique.

Tshala Muana, c’était aussi et surtout une bête de scène. Une beauté envoutante aux déhanchements captivants. Devant des chefs d’Etat dont Houphouët-Boigny, elle n’hésitait pas à se contorsionner pour endiabler son public. Ses jeux de reins ont fait sa réputation et était sollicitée pour animer les grandes soirées de la haute classe africaine de l’époque.
Elisabeth Tshala Muana Muidikayi avait quitté la scène musicale du fait de l’âge. Elle était ensuite entrée en politique. Tshala Muana était une cadre du PPRD, le parti de Joseph Kabila avec qui elle aurait eu des atomes crochus. L’annonce de sa disparition choque les Congolais pour qui elle était devenue une » Maman Nationale ». En Côte d’Ivoire, l’artiste feu Lougah François doit se retourner dans sa tombe. Il retrouve sa « Tshala » dans une sphère céleste.
Source AfrikMag.com

0 00 3 min 2 mois 110

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *