L’Agent Judiciaire de l’Etat a sommé la semaine dernière certaines structures étatiques de lui transmettre les dossiers de recouvrement des créances de l’Etat. Ces entités ont jusqu’au 31 janvier 2023, (délai de rigueur) pour transmettre lesdits dossiers. Faute de quoi, elles seront explosées à des poursuites judiciaires pénales.
Quelles sont les entités visées par maitre Mohamed Sampil ? Selon nos informations, ce sont des EPA (Établissements publics à caractère administratif), mais également de grosses régies financières.

Dans un communiqué publié le week-end dernier, l’ancien bâtonnier avait indiqué que la rétention des dossiers de créances traduit une intention manifeste de certains cadres de l’administration de continuer à tremper dans les anciennes pratiques de corruption, de détournement de deniers publics et d’enrichissement illicite.
Toute chose qui constitue une atteinte grave aux intérêts de l’Etat et constitutive d’infractions pouvant entrainer des poursuites pénales à l’encontre de leur auteur, avait averti maître Mohamed Sampil.
L’Agent judiciaire de l’Etat menace de saisir les Cours et Tribunaux tout cadre ou Agent de l’Etat auteur de faits graves constitutifs d’infractions et portant atteinte aux intérêts de l’Etat.
A suivre…

Source Africaguinee.com

0 00 2 min 3 semaines 73

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *