Les enfants naturels communément appelés « Enfants hors mariage « sont de nos jours le plus grand facteur d’exclusion sociale.
Autrefois très rare et discrète, les relations hors mariage sont devenues de nos jours très banalisées dans nos sociétés .Ils sont nombreux les enfants issues de ces relations condamnées par la religion. Ces victimes innocentes sont parfois confrontées à des humiliations familiales , voir la stigmatisation de la société. Mais que dit la loi et la religion sur le droit de ces enfants nés hors mariage ?
Les enfant hors mariage sont d’ailleurs considérées dans certaines communautés africaines comme ‘’des hommes sans aucune dignité, ni pudeur’’.
C’est face a cet état de fait, que Souleymane Diallo, initié en pratique de l’islam ne partage pas du tout cette discrimination.
Selon lui, ces enfants n’ont rien fait. Ceux sont des innocents.
« C’est le résultat de l’acte de leur maman et l’homme avec lequel ,la maman a eu la fornication. L’enfant n’a aucun problème, on ne doit pas l’insulter, il ne soit pas y avoir des allégations et s’il apprend la religion musulmane, il peut-être imam, dirigeant », a-t-il, expliqué.
Pour ce religieux, une seule chose peut être reprochée à ces enfants.
« Sauf le fait qu’ils n’ont pas de père en islam. Ces enfants peuvent faire la prière, le hadj comme tout les autres musulmans. Il n’y a pas de différence entre eux et les autres enfants nés dans le mariage », a-t-il soutenu.

Interrogé à nos micros, le juriste Moussa Bah a pour sa part indiqué , quand un enfant est né hors mariage, dès que le papa reconnait et établit l’acte de l’extrait de naissance pour l’enfant, il sera automatiquement reconnu.
« Et si les parents finissent à la longue par se marier et qu’ils avaient établit un acte d’extrait de naissance, cet enfant issu de ce lien hors mariage n’aura aucun problème. D’où, il sera légitimé et aura aussi droit à l’héritage du papa »
Considérés comme de véritable problèmes dans les foyers africains. Les enfants hors mariage continuent de subir la stigmatisation. Quand à la nouvelle génération, pourra t-elle lutter contre cette pratique? L’avenir nous l’édifiera.
Aissatou Diallo
625050836

0 00 3 min 3 mois 148

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.