La reine Elizabeth II a régné plus longtemps que tout autre monarque britannique. Au milieu de changements et de défis étonnants, elle est restée constante et résiliente. Elle est devenue reine du Royaume-Uni en 1952.
Elle n’était pas destinée à régner. Mais lorsque son oncle a abandonné le trône en 1936, sa vie a changé à jamais. Elle est couronnée à l’âge de 25 ans seulement. Le début d’une vie de service public.
« Je me consacrerai à votre service, mais je veux vous demander à tous de prier pour que Dieu me donne la sagesse et la force, et que je puisse le servir et vous servir fidèlement tous les jours de ma vie. » avait-elle déclaré lors de son couronnement le 2 juin 1953 à l’abbaye de Westminster, Londres.
Et c’est ce qu’elle a fait. En tant que chef du Commonwealth, elle a effectué d’innombrables voyages à travers le monde.
Louée comme une figure de stabilité et connue pour son sens aigu du devoir, elle a rencontré pendant son règne plus de présidents et de dirigeants que tout autre chef d’État. Disposant de peu de pouvoir exécutif, elle est passée maître dans l’art de la diplomatie discrète.
Mais tout n’a pas toujours été rose, en 1992, trois de ses enfants : le prince Andrew, la princesse Anne et le prince Charles se séparent de leurs conjoints. Ce qui avait commencé comme un conte de fées prometteur est devenu un festin pour les tabloïds. La réputation de la famille est à son plus bas niveau depuis une génération.
Ce n’est pas le seul dommage, un incendie détruit une partie du palais de Windsor et le contribuable britannique rechigne à payer la facture. Selon les mots de la Reine : « 1992 n’est pas une année sur laquelle je me retournerai avec un plaisir non dissimulé, elle s’est avérée être une ‘Annus Horribilis' ».
La mort de la princesse Diana dans un accident de voiture à Paris a changé l’opinion publique sur la monarchie.
Le choc et le chagrin public sont immenses. La reine conserve sa réserve caractéristique et reste d’abord à Balmoral. Une décision qui laisse la famille royale déconnectée de l’opinion publique.
Mais un retour rapide à Londres permet à la reine de rester dans le cœur de son public.
La monarchie se remet de cette tourmente. La popularité royale atteint de nouveaux sommets grâce aux petits-fils de la Reine. Le prince William et le prince Harry épousent des roturiers, modernisent la monarchie et donnent naissance à une nouvelle génération qui suscite l’admiration du public.
Mais en 2020, le prince Harry et Meghan Markle ont quitté la famille royale en se plaignant du traitement réservé à Meghan par les tabloïds britanniques. Ils ont cité des brimades et des attitudes racistes envers la duchesse.
Celui qui s’est tenu aux côtés de la reine à travers tous les hauts et les bas de la vie royale était le prince Philip. Au moment de son décès, ils étaient mariés depuis 73 ans. Elle a déclaré qu’il avait toujours été sa force.
La reine Elizabeth II était forte, fiable et engagée, et le peuple l’aimait pour cela.
La nation a eu l’occasion d’exprimer sa gratitude lors du jubilé de platine, qui a marqué les 70 ans du règne d’Elizabeth.
Les quatre jours de célébration et d’apparat ont apporté un soulagement bienvenu dans une période économique et politique troublée.
En raison de la fatigue, la reine n’a pas pu assister à tous les événements, mais elle est apparue sur le célèbre balcon du palais, pour s’entretenir, une fois de plus, avec ses sujets.
Une image durable d’un monarque très apprécié.
Sources additionnelles .AP avec Africanews

0 00 5 min 3 mois 135

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.