Le Mali, le Burkina Faso et le Niger ont uni leurs forces pour faire front commun contre toute tentative « d’agression envers le Niger ».

Une récente émission diffusée à la télévision nationale du Niger rapporte que des avions de combat ont été déployés à Niamey.

Les dirigeants du Mali et du Burkina Faso ont averti la CEDEAO qu’une intervention militaire au Niger serait perçue comme une attaque contre leurs propres nations respectives.

En plus du déploiement aérien, les hauts responsables militaires des trois pays se sont rassemblés à Niamey pour finaliser leur stratégie de défense face aux « actes d’agression sournois et injustes envisagés par la CEDEAO », selon les médias.

Dans une démarche conjointe, le Mali et le Burkina Faso ont adressé une communication aux Nations Unies et à l’Union africaine, les exhortant à prendre leurs responsabilités en cas d’intervention militaire contre le Niger.

Ces pays considèrent une telle ingérence comme une violation de la souveraineté de l’État nigérien.

Par ailleurs, plus de 300 camions d’approvisionnement sous escorte militaire des Forces Armées Nigériennes (FAN) et en collaboration des autorités du Burkina Faso, sont arrivés au Niger.

«Cette Opération conduite de mains de maitre par des unités des Forces Armées Nigériennes, a permis de sécuriser et convoyer une rame composée de trois cent onze (𝟑𝟏𝟏) camions, venus de plusieurs pays de la sous-région à destination du Niger», selon un communiqué du FAN.

Depuis le coup d’État du 26 juillet dernier, la CEDEAO a imposé au Niger une série de sanctions conduisant à la fermeture des frontières des pays voisins du Niger.

Sahel-Intelligence

0 00 2 min 1 mois 287

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *