Le passage de certains acteurs politiques sur FIM ce matin, prouve à suffisance que la crise en Guinée est sciemment créée pour des questions d’intérêt égoïstes et partisans, ce n’est pas du tout une question de valeur et de principe.
Il y’a des partis politiques qui sont habitués à l’ancien schéma de dialogue en Guinée, où les politiques prennent la conduite du pays en otage et se partagent les avantages du pays au détriment de l’intérêt général. Qu’est ce schéma ancien a servi à notre pays ?

Cependant, ils oublient que nous sommes dans la rectification institutionnelle et la refondation de l’Etat. Après ce processus on parlera du partage de gâteaux quand le pays sera sur les rails.

En toute réalité, dans le processus actuel de transition, toutes les entités qui sont intéressées à la compétition future, ne doivent pas être associées directement à la gestion de la transition sinon le processus sera biaisé. Ils risqueront de manipuler la transition pour que les futures compétitions les soient favorables et en ce moment les objectifs de la transition seront complètement détournés.
On ne peut pas être à la fois juge et partie.

Toutefois, la variante actuelle est de donner la possibilité aux acteurs intéressés par les compétitions futures, de faire des critiques objectives et des propositions de solutions à prendre en compte à travers le cadre de concertation et de dialogue.
On doit éviter toutes les anciennes façon de gouverner qui ont bloqué notre pays.
Ange Gabriel HABA
Secrétaire Exécutif du CNOSCG
Coordinateur de la cellule de veille et d’alerte

0 00 2 min 3 mois 149

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.