Le dialogue inter-guinéen auquel les principaux acteurs politiques et leaders de la société civile n’ont pas pris part du 25 novembre au 20 décembre 2022 a rendu ses conclusions le 21 décembre au cours d’une cérémonie solennelle. Le document contenant 35 résolutions a été remis au président de la Transition par les trois Facilitatrices en l’occurrence Mesdames Makalé Traoré, Guilao Joséphine Léno et Aicha Bah.

Nous avons tous écouté leur porte-parole Makalé Traoré résumer les recommandations issues de ce dialogue en ces termes: «Exiger que les présidents des institutions, membres du gouvernement, les directeurs des régies financières et les sociétés publiques déclarent leurs biens avant et après leurs fonctions. Prévoir les candidatures indépendantes aux élections locales exclusivement, fixer l’âge limite à 35 ans minimum et à 75 ans maximum pour les candidatures à l’élection présidentielle. Mais, les résolutions ajoutent que pour les prochaines élections, les personnes ayant 75 ans révolus au 31 décembre 2024 sont autorisées à être candidat.» Tout est clair.

Aucun des leaders actuels ne sera exclu de la présidentielle à venir. Cependant, si nous voulons nous conformer à l’esprit et à la lettre de la Charte de la transition, nous devons accepter d’écouter nos voisins de la Cédéao et tendre une oreille attentive à Dalein Diallo, Sidya Touré, Sékou Koundouno, Sékou Souapé Kourouma et Cie sur les questions qui nous divisent encore et qui nous empêchent d’avancer la main dans la main vers le retour à l’ordre constitutionnel et à la démocratie. J’ai dit.

Par Alpha Abdoulaye Diallo, in Le Populaire du 3 janvier 2023.

0 00 2 min 4 semaines 78

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *